Plessisville - Le choix d'une qualité de vie

Projet de lutte à l’herbe à poux à la Ville de Plessisville

Dans son Plan stratégique, la Ville de Plessisville s’est engagée à diminuer les symptômes d’allergie à l’herbe à poux de ses citoyens, en faisant la lutte à cette plante nocive. Les stratégies pour y parvenir sont les suivantes :
  • Embauche de deux étudiants saisonniers pour arracher l’herbe à poux;
  • Partenariat avec trois entreprises et deux organismes;
  • Mise en place d’un plan de contrôle du pollen de l’herbe à poux;
  • Installation d’équipements pour collecter et échantillonner le pollen, en collaboration avec l’Association pulmonaire du Québec;
  • Animation d’ateliers de sensibilisation à l’herbe à poux dans les terrains de jeu;

​Pourquoi faut-il s’en débarrasser?

Tout d’abord, il est important de différencier l’herbe à poux (Ambrosia artemisiifolia L.) de l’herbe à puce (Rhus radicans L.). L’herbe à puce contient une sève vénéneuse (urushiol) qui provoque des démangeaisons, une douloureuse inflammation de la peau et même des cloques aux endroits atteints.

L’herbe à poux, quant à elle, est une plante dont le pollen en suspension est le principal responsable du rhume des foins. Les réactions allergiques de cette affection peuvent se manifester de différentes façons, soit :
  • aggravation de l’asthme si la personne en souffre déjà;
  • congestion nasale;
  • signes de conjonctivite (démangeaisons, rougeurs et écoulement purulent des yeux, larmoiement et gonflement des paupières);
  • écoulement nasal clair et abondant;
  • éternuements à répétition, maux de tête;
  • picotements et démangeaisons du nez, de la gorge et des oreilles.
Le rhume des foins occasionne, par le fait même :
  • Une diminution de la qualité de vie chez la personne allergique;
  • De l’irritabilité;
  • Des troubles du sommeil et de concentration.
Au Québec, environ une personne sur dix est allergique au pollen de l’herbe à poux. La saison de pollinisation s’étend de la fin juillet jusqu’aux premières gelées de sol, soit vers la mi-octobre. 

​Où la trouver

L’herbe à poux se multiplie par semences; celles-ci peuvent survivre jusqu’à 40 ans dans le sol. La zone d’influence d’une source d’herbe à poux peut atteindre 1000 m du plant d’origine. C’est une plante opportuniste qui croît aisément dans les sols pauvres. Les endroits les plus propices où trouver de l’herbe à poux seraient donc les bordures de route, les trottoirs, les terrains vagues, le dépôt à neige, etc. 

Comment prévenir son apparition

Puisque l’herbe à poux croît dans les sols pauvres, où il y a peu ou pas de compétition et où il fait soleil, on peut prévenir son apparition de plusieurs façons :
  • Ensemencer le terrain ou y planter des plantes compétitrices;
  • Améliorer la qualité du sol (compost, engrais);
  • Recouvrir le sol de paillis ou encore de pierres concassées.

Comment la contrôler

Puisque l’herbe à poux n’est pas nocive pour la peau, on peut aisément l’arracher avec nos mains. Cependant, le port de gants est recommandé si on ne connait pas les plantes se trouvant à proximité de l’herbe à poux. On peut contrôler l’herbe à poux de plusieurs façons :
  • Tondre l’herbe à poux à deux reprises (15 juillet et 15 août +/- 7 jours);
  • Arracher l’herbe à poux avant sa période de pollinisation (fin juillet);
  • Sensibiliser l’entourage.
La façon de se débarrasser des plants est fort simple; il suffit de les mettre dans un sac de plastique et de disposer de ce sac dans le bac à déchets.
Pour plus de renseignements, nous vous invitons à consulter les sites suivant :
Association pulmonaire du Québec : https://pq.poumon.ca/sante-pulmonaire/environnement/allergies-saisonnieres/
MSSS : http://www.msss.gouv.qc.ca/professionnels/sante-environnementale/pollens/
 
Ce projet est financé par le Fonds vert dans le cadre du Plan d’action 2013-2020 sur les changements climatiques du gouvernement du Québec.